• URGENT - Coronavirus - La Braderie de Lille qui devait se tenir début septembre est d'ors et déjà annulée, annoncent la préfecture et la mairie dans un communiqué commun

19h22: La Braderie de Lille est annulée, annoncent la préfecture et la mairie dans un communiqué commun. Cet événement populaire, qui a lieu chaque année le premier dimanche de septembre, ne pourra pas se faire au regard de la consigne sur l'interdiction des rassemblements de plus de 5000 personnes, précisent les autorités. De fait, ce rendez-vous accueille habituellement entre deux et trois millions de visiteurs.

18h06: Le Québec, province canadienne la plus touchée par le coronavirus, va rendre le port du masque obligatoire dans les lieux publics fermés à partir de samedi, rapportent lundi plusieurs médias. Le Premier ministre québécois François Legault doit en faire l’annonce lors de son point presse en début d’après-midi, selon La Presse et Radio-Canada. Amendes pour les commerçants La mesure devrait concerner aussi bien les commerces et les centres sportifs que les bars ou les restaurants, dans cette province qui compte près des deux tiers des quelque 8 800 décès recensés au Canada, selon ces médias. Les commerçants qui accueilleront des personnes ne portant pas de masque s’exposeront à une amende de 1 000 à 6 000 dollars canadiens (650 à 3 900 €) mais les citoyens ne seront pas sanctionnés, affirment le journal et la chaîne publique.

12h44: Au Maroc,  le ministère de l’Intérieur vient d’annoncer l’élargissement géographique du reconfinement, qui concernera désormais l’ensemble du territoire de la commune de Tanger, et ce à partir du lundi 13 juillet à midi, nous apprend un communiqué du département de l’Intérieur. Les transports en commun seront également suspendus, annonce le communiqués. Cette suspension prévaut pour tous les moyens de transport routier et ferroviaire, au départ et à destination de la ville.

Les autorités ont également décidé de renforcer les contrôles pour inciter les citoyennes et citoyens à rester chez eux et de ne quitter leurs domiciles qu’en cas de nécessité extrême, ajoutant que le déplacement à l’intérieur de l’espace territorial de Tanger nécessite une autorisation exceptionnelle délivrée par les autorités locales. I

l a été décidé également d’exiger une autorisation de déplacement exceptionnel émise par l’autorité locale pour se déplacer en dehors de la ville, fait savoir la même source. L’allégement de ces mesures est tributaire de l’évolution de la situation épidémiologique de la ville, conclut le communiqué.

09h36: La justice espagnole décide de suspendre le reconfinement de plus de 200 000 habitants autour de la ville de Lérida, en Catalogne, car ces mesures "sont contraires au droit", estime le tribunal supérieur de justice de Catalogne. Cette décision, qui suspend de fait ce reconfinement, pourra faire l'objet d'un recours.

.

Dimanche 12 juillet

.

18h35: L'Organisation mondiale de la santé annonce, ce soir, un nouveau record de cas en 24 heures dans le monde, avec 230.370 nouvelles personnes infectées et surtout dans les pays suivant : Etats-Unis, du Brésil, d'Inde et d'Afrique du Sud. Le précédent record remontait à vendredi, avec 228.000 cas. Le nombre de morts reste à environ 5.200 par jour. Selon le dernier bilan de l'OMS, le nombre de cas détectés de la maladie dans le monde est de plus de 12,5 millions. 561.617 sont décédées. Les statistiques de l'OMS ne prennent en compte que les chiffres officiellement confirmés sur les cas d'infection et de décès fournis par les États. D'après l'université Johns-Hopkins, le bilan actuel de la pandémie de Covid-19 s’élève à plus de 12,7 millions de personnes contaminées et 566.036 décès. 

18h08: Les autorités de la région de Catalogne, dans le nord-est de l'Espagne, ont ordonné dimanche le reconfinement à leur domicile des habitants de la zone située autour de la ville de Lérida, en raison d'une forte hausse du nombre des cas de Covid-19. "La population devra rester" chez elle, a annoncé la responsable régionale de la Santé Alba Verges au cours d'une conférence de presse. La zone concernée, comptant plus de 200.000 habitants, avait déjà été isolée du reste de la Catalogne samedi dernier.

18h05: Les autorités catalanes reconfinent la zone située autour de la ville de Lérida, en raison d'une forte hausse des cas de coronavirus. Le secteur, qui compte 200 000 habitants, avait été confiné comme tout le pays en mars-avril-mai, puis reconfiné le week-end dernier, et re-re-confiné ce soir. "La population devra rester" chez elle, assure la responsable régionale de la Santé Alba Verges au cours d'une conférence de presse.

• Le corps de l'actrice de la série "Glee", Naya Rivera, qui était portée disparue depuis 5 jours a été repêché cet après-midi - Son fils de 4 ans avait été retrouvé seul sur le bateau

Le site internet TMZ annonce ce soir que le corps de l'actrice de la série "Glee", Naya Rivera qui était portée disparue a été repêché cet après-midi. Elle était portée disparue depuis maintenant 5 jours. Son  fils de 4 ans avait été retrouvé seul sur un bateau, alors que tous deux étaient de sortie en mer. Sa voiture a également été retrouvée garée sur un parking, l'actrice est déjà annoncée comme "présumée morte" par les médis américains...  

La police du comté Ventura explique en effet, que l'actrice aperçue dans la série "Glee" avait loué un bateau pour une petite escapade en mer avec Josey, son fils de 4 ans. La jolie brune est donc partie en mer vers 13h pour une promenade aux abords du lac Piru (Californie). Sur son compte Instagram, Naya Rivera a d'ailleurs publié un tendre cliché en compagnie de son fils, visiblement à bord de ce bateau avec écrit en légende : "Juste nous deux".

Naya Rivera s'était fait connaître avec son rôle de Santana Lopez dans la série télévisée Glee, qui lui a valu plusieurs récompenses, dont deux ALMA Awards ainsi que le Screen Actors Guild Award de la meilleure distribution pour une série télévisée comique.

• A Saint-Folquin dans le Pas-de-Calais, les festivités du 14 Juillet sont maintenues malgré le coronavirus - VIDEO

Demain, de nombreuses communes ont décidé d'annuler les traditionnelles festivités du 14 Juillet en raison du coronavirus. Mais, certaines ont décidé de les maintenir. C'est notamment le cas de la commune de Saint-Folquin, dans le Pas-de-Calais.

Les 25.000 habitants pourront assister au feu d'artifice et à la fête foraine organisés. "Tout a été mis en oeuvre pour pouvoir apporter de la vie", explique le maire de la commune, Yves Engrand.

Des festivités qui se feront avec des règles sanitaires et les gestes barrières toujours en vigueur.

• Le procès de l'acteur Johnny Depp contre le tabloïd The Sun, qui l'avait présenté comme un mari violent, jette une lumière crue sur la vie de la star

Par Sylvain PEUCHMAURD

Johnny Depp veut laver son honneur, le voilà amené à déballer son linge sale en public. Le procès intenté à Londres par la star d'Hollywood au tabloïd The Sun qui l'avait présenté comme un mari violent jette une lumière crue sur sa vie et le couple qu'il formait avec Amber Heard. La star de "Pirate des Caraïbes", 57 ans poursuit depuis mardi dernier le journal britannique et sa société éditrice NGN pour l'avoir accusé en avril 2018 d'être un mari violent, ce qu'il dément avec force.

Pour sa défense, le journal invoque 14 accusations de violences formulées par son ex-épouse, qui remontent aux années 2013-2016. Le couple, qui s'était rencontré en 2011 sur le tournage de "Rhum Express", a divorcé après moins de deux ans d'un mariage orageux, début 2017. L'actrice de 34 ans avait alors évoqué "des années" de violences "physiques et psychologiques", des accusations vivement contestées par Johnny Depp.

Dans la procédure de divorce, Amber Heard avait retiré sa plainte et Johnny Depp lui avait versé sept millions de dollars, que l'actrice avait reversés à des associations. Sous le feu roulant des questions de l'avocate de NGN, Sasha Wass, l'acteur s'est retrouvé contraint de s'expliquer sur ses excès, l'alcool, les drogues dès l'adolescence, et de revenir sur les incidents qui ont ponctué la vie du couple qu'il formait avec Amber Heard.

Le choix même d'avoir fait ce procès divise les spécialistes du secteur. "Il a été extrêmement mal conseillé d'engager ces poursuites", estime l'avocat spécialiste du droit de la presse Mark Stephens, du cabinet Howard Kennedy. Exposer un divorce difficile à un tel examen minutieux "est le sommet de la stupidité ou de l'hubris", a-t-il déclaré à l'AFP.

A l'inverse, sa consoeur Emily Cox, du cabinet Stewart estime qu'il n'avait pas le choix. A "l'époque d'internet", ne pas poursuivre ces accusations graves portées contre lui "aurait sans aucun doute affecté sa carrière de manière bien plus significative que les détails de sa vie que le public voit aujourd'hui", a-t-elle déclaré dans le Daily Telegraph. Contrairement à ce qui se faisait dans le passé, "des attaques de cette magnitude ont de nos jours un impact permanent à moins qu'elles ne soient attaquées en justice", estime-t-elle.

Audience après audience, chaque incident, jusqu'au plus scabreux, est passé au crible, Johnny Depp contestant sans relâche les accusations de violences conjugales, son avocat accusant Amber Heard d'avoir construit un dossier contre Johnny Depp, "une sorte d'assurance pour plus tard". Vidéos, photos, enregistrements sonores, le tribunal a été plongée au coeur de l'intimité du couple.

"De Cendrillon", jolie princesse de conte de fées, "je suis devenu Quasimodo en 0,6 seconde sans avoir rien à dire", a-t-il déclaré vendredi, en référence au personnage du bossu de "Notre-Dame de Paris" de Victor Hugo. Il affirmé que c'était Amber Heard, elle-même consommatrice de drogues et d'alcool d'après lui, qui cherchait la bagarre de manière chronique et que lui cherchait au maximum à éviter et fuir les conflits.

Johnny Depp accuse quant à lui son ex-épouse de violences, l'accusant par exemple de lui avoir occasionné une importante coupure au doigt avec une bouteille de vodka, ce que l'actrice dément. Le procès est prévu pour durer encore deux semaines, avec les témoignages de deux anciennes compagnes de Johnny Depp, les actrices américaine Winona Ryder et française Vanessa Paradis, puis celui de Amber Heard en personne.

• Découvrez les premières images de la cinquième saison de la série "Lucifer" lancée le 21 août sur Netflix - VIDEO

Les fans de "Lucifer" vont être ravis ! La première partie de la cinquième saison de la série américaine débarque sur la plateforme Netflix le 21 août prochain.

Au casting, les fans retrouveront Tom Ellis, Lauren German, D. B. Woodside, Lesley-Ann Brandt, Kevin Alejandro ou encore Scarlett Estevez.

A noter que la série a été renouvelée pour une sixième et ultime saison. Une annonce faite il y a quelques jours par Netflix. Jeanmarcmorandini.com vous propose de découvrir les premières images de la cinquième saison de "Lucifer".

• Au coeur de l'été, TF1 relance par surprise la saison 2 de la série à succès "Magnum" avec trois inédits à la suite le mercredi 5 août à 21h05

Le mercredi 5 août prochain, les téléspectateurs de TF1 pourront découvrir la deuxième saison de la série américaine "Magnum". Trois épisodes inédits seront ainsi diffusés.

Au casting, ils retrouveront Jay Hernandez (Thomas Magnum), Perdita Weeks (Juliett Higgins), Zachary Knighton (Rick), Stephen Hill (TC).

Reboot de la série culte des années 80, ce nouveau « Magnum » reprend les codes qui avaient fait son succès : les enquêtes d’un privé dans un cadre paradisiaque, des courses-poursuites au volant de voitures de rêve, logé sur la propriété d’un milliardaire qu’on ne voit jamais et tenue par un majordome aussi rigide que ses deux dobermans. Après une première saison fun et rythmée, voici la suite des aventures de Magnum.

La chaine américaine CBS a signé pour une 3eme saison des aventures de Magnum !

Présentation du premier épisode

Alors que Magnum et Higgins se font passer pour un couple en balade romantique dans le «Love Bus» afin d’enquêter pour un client, ils sont contraints de mener une toute autre enquête quand un des tourtereaux est assassiné. TC est secoué par sa rencontre avec son ancien grand amour, en visite sur l’île pour sa lune de miel.

• Zindzi Mandela, la plus jeune fille du premier président noir sud-africain Nelson Mandela, est décédée à l'âge de 59 ans

Zindzi Mandela, la plus jeune fille du premier président noir sud-africain Nelson Mandela, engagée dans la lutte contre l'apartheid, est décédée aujourd'hui à l'âge de 59 ans, dans un hôpital de Johannesburg, a-t-on appris de sources officielles. Les causes de son décès n'ont pas été précisées.

Dans un communiqué, le président sud-africain Cyril Ramaphosa a présenté ses «condoléances les plus sincères à la famille Mandela», se disant «profondément attristé par la mort de (...) Zindziswa "Zindzi" Nobutho Mandela». Le chef de l'État a rendu hommage à «une courageuse militante politique», qui a notamment participé à la branche armée du Congrès national africain (ANC), fer de lance de la lutte contre le régime de l'apartheid, officiellement tombé en 1994.

Zindzi Mandela était la plus jeune fille de Nelson Mandela, prix Nobel de la paix et premier président sud-africain noir (1994-1999), et de Winnie Madikizela-Mandela, égérie populaire mais controversée de la lutte contre l'apartheid. Avec la mort de Zindzi Mandela, l'Afrique du Sud perd «ceux que beaucoup considèrent comme une enfant de la nation», a estimé l'ancien archevêque Desmond Tutu, prix Nobel de la paix et ami proche de Nelson Mandela.

Zindzi Mandela avait été nommée en 2015 ambassadrice de l'Afrique du Sud au Danemark et devait prochainement prendre ses fonctions d'ambassadrice au Liberia. Nelson Mandela, qui a été marié à trois reprises, a eu six enfants, dont quatre sont aujourd'hui décédés, notamment Thembekile, tué dans un accident de la circulation en 1969, cinquante et un ans jour pour jour après Zindzi.

• Découvrez les premières images du documentaire d'M6 sur les Forces spéciales diffusé à partir du mardi 4 août en prime - VIDEO

Le mardi 4 août prochain, à 21h05, M6 lancera un nouveau documentaire : "Forces Spéciales, l'expérience". Dans l'armée française, les Forces spéciales sont des unités d'élite capables d'exécuter n'importe quelles missions dans un contexte hautement hostile.

Les Forces spéciales sont composées de personnels sévèrement sélectionnés et subissant un entrainement très rigoureux. La sélection pour intégrer cette unité est l'une des plus dures au monde. La grande majorité des postulants échoue. La façon dont elle se passe risque de vous surprendre. Pour la première fois, des civils volontaires vont se confronter à cette sélection.

Présentation

« Forces spéciales : l'expérience » est une véritable plongée dans les coulisses de la sélection de cette unité d'élites. Par sa réalisation, sa narration mais surtout le profil des instructeurs et l'authenticité des épreuves imposées, le programme fait découvrir la réalité des sélections pour intégrer les Forces spéciales.

Pour la première fois, 25 civils - 22 hommes et 3 femmes - vont vivre une expérience unique : se confronter à la sélection des Forces spéciales, sur une ancienne base militaire (dans l'Aisne). Les volontaires ne sont pas venus participer à un jeu ou un divertissement, il n'y a pas d'argent à gagner. Ils sont venus pour tester leurs limites, apprendre à se connaître et surtout à se dépasser. Si la résistance physique est indispensable, elle ne suffit pas. Pour ces hommes et ces femmes, le vrai test est dans la tête et chacun d'eux devra aller puiser au plus profond de lui-même.

Dans « Forces spéciales : l'expérience », 4 anciens membres des Forces spéciales vont soumettre pendant 9 jours ces 25 volontaires aux épreuves les plus exigeantes et les plus difficiles de leur processus de sélection. Cette équipe d'instructeurs chevronnés va conduire ce stage hors normes dont ils ont élaboré toutes les épreuves. C'est eux qui décideront si les volontaires ont les qualités requises pour poursuivre la sélection.

Des épreuves qui vont leur permettre de jauger leur niveau physique mais plus encore de mesurer leur force mentale. Qui sont-ils vraiment ? De quoi sont-ils capables ? Jusqu'où parviendront-ils à se dépasser ?

/div>
• Le Français arrêté en Indonésie pour abus sexuels sur 300 mineurs et qui risquait la peine de mort s?est suicidé en prison

Un retraité français soupçonné d’abus sexuels sur plus de 300 mineurs est mort en détention en Indonésie après un suicide présumé, a annoncé lundi la police locale. Agé de 65 ans, ce ressortissant français originaire de la région parisienne a été retrouvé inconscient jeudi dans un centre de détention à Jakarta et a été transféré à l’hôpital, où il est mort dimanche, a annoncé le porte-parole de la police, Yusri Yunus. « Le suspect a tenté de se suicider avec un câble qu’il a trouvé dans sa cellule », a-t-il indiqué à des journalistes.

L’homme est mort d’une fracture du cou, sa blessure ayant bloqué l’arrivée de l’oxygène, a précisé Umar Shahab, un responsable de l’hôpital de la police nationale à Jakarta. Une autopsie devrait être pratiquée, mais rien ne pointe pour l’instant vers une autre piste que le suicide, a affirmé une source proche du dossier à l’AFP.

La police indonésienne l’avait arrêté fin juin dans un hôtel de la capitale indonésienne avec deux jeunes filles mineures dans sa chambre. L’homme avait installé un studio dans sa chambre d’hôtel et attirait des mineurs en leur proposant de travailler comme modèles, selon la police.

Il était apparu menotté et vêtu de la chemise orange des prisonniers et d’un masque noir, jeudi, au cours d’une conférence de presse de la police. Celle-ci a précisé avoir trouvé des vidéos de plus de 300 mineurs âgés entre 10 et 17 ans sur son ordinateur et le soupçonne d’avoir filmé ses actes sexuels.

Il risquait une lourde peine de prison, la castration chimique, voire la peine de mort, en cas de condamnation pour une série d’accusations tombant sous le coup de la loi indonésienne sur la protection des enfants. L’ambassade de France, contactée par l’AFP, n’a pas souhaité faire de commentaires.

• Les accords du "Ségur de la santé" ont été signés à Matignon - Le Premier ministre Jean Castex salue un moment "historique" - VIDEO

Le Premier ministre Jean Castex a salué aujourd'hui les accords salariaux signés dans le cadre du "Ségur de la santé", qui octroient 8,1 milliards d’euros aux personnels hospitaliers, évoquant un "moment historique" pour le "système de santé".

«Personne ne doit douter qu'il s'agit d'un moment historique pour notre système de santé», a déclaré Jean Castex à l'issue d'une cérémonie de signature des accords avec les syndicats ayant validé les protocoles d'accord, organisée à Matignon. Ces accords, conclus après sept semaines de négociation, profiteront à «tous les personnels hospitaliers», «quelle que soit leur catégorie, quel que soit l'établissement ou le service dans lequel ils travaillent», a-t-il ajouté.

Selon le chef du gouvernement, qui s'exprimait aux côtés du ministre de la Santé Olivier Véran, les «accords de Ségur» sont «d'abord une reconnaissance considérable à l'égard de celles et ceux qui ont été en première ligne dans la lutte contre cette épidémie». «Je n'ai pas de mal à dire qu'en ce sens, au-delà de la reconnaissance de leur action, il s'agit d'une forme de rattrapage par rapport à des années de retard ou chacune et chacun, et peut-être moi-même a sa part de responsabilité», a-t-il insisté.




Copyright Fidelou.com